06 Novembre 2009 - Vahina Giovcante

Travailler sur un premier film, c’est souvent quitte ou double. Il y a un aspect très positif qui tient dans le fait que ça peut être à la fois, le premier et le dernier. Il y a donc une espèce d’énergie assez spectaculaire qui est mise dans le film. On ne peut pas s’endormir sur ses lauriers. Après il n’y a pas de référent quand on accepte un premier film, il faut donc se fier à son instinct et au scénario.

06 Novembre 2009 - Vahina Giovcante